Mildiou, la peste noire des tomates

Phytophtora infestans.  Une succession d’averses orageuses, une humidité supérieure à 90 % et des températures comprises entre 10 et 25°C favorisent  le mildiou sur les tomates et les pommes de terre. Une longue période de sécheresse associée à des températures caniculaires supérieures à 30 °C  détruit la maladie.


Souvenez-vous,  il y a quelques années une équipe de France 3 menait une enquête sur les effets du temps au travers des métiers liés à la météo. Avec cette question : pour vous c’est quoi le mauvais temps ? La plupart des réponses : LA PLUIE !  Sauf un agriculteur qui campé sur son tracteur répondit d’une voix sage : C’EST LE TEMPS QUI DURE ! Actuellement nous sommes dans le temps qui dure. Si cette période pluvieuse que nous venons d’essuyer est bonne pour alimenter la nappe phréatique, abreuver les récoltes, arroser nos fleurs et légumes. Cette année (pour l’instant) les tuyaux d’arrosage restent enroulés, les arrosoirs se remplissent naturellement sans les passer sous le robinet. Seulement, à la porte du jardin guette le terrible mildiou, la peste noire capable d’anéantir 20 pieds de tomates en l’espace d’une semaine. Gare au loup, il va falloir s’en protéger. Quand au temps qui dure, la pluie de tous les jours sera peut-être remplacée par le manque d’eau non pas en profondeur mais en surface

Lutter contre le mildiou
Actuellement sur vos pieds de tomates, les gourmands poussent et s’entremêlent, les feuilles touchent terre. Les plantes non tuteurées ou mal accrochées trainent sur le sol et se marcottent sur 1 mètre à la ronde. Attention, vous n’êtes pas dans le midi où les tomates sont parfois cultivées au sol. Dans notre région, le pied de tomate doit être dressé sur des échalas, des tiges en fer à bêton ou des piquets torsadés. Ces derniers sont pratiques car  il est inutile de ficeler les pieds. Seulement pour monter correctement un pied de tomates, il faut éliminer au fur et à mesure les gourmands situés le long de la tige principale même s’il y a des fleurs et petits fruits. L’excès de végétation et surtout le manque d’air est la porte ouverte pour attirer le mildiou qui va trouver l’humidité adéquate pour faire évoluer les spores du champignon. Il en est de même pour les pieds plantés trop serrés. Dans un tunnel ou dans une serre, les feuilles ne doivent pas toucher les parois, la condensation nocturne favorise le champignon. De l’air toujours de l’air et autant que possible les feuilles au sec.

Fabriquer un abri  à tomates
Il n’est pas trop tard pour couvrir vos tomates sous un abri. Il existe dans le commerce des abris à tomates que vous installez  mais malheureusement sont souvent légers.
Construisez un abri avec des châssis surélevés ou procurez-vous un toit à tomates prêt à l'emploi. Vous pouvez aussi les abriter sous tunnel en plastique, mais à condition de ne pas le fermer complètement.). À l'abri de la pluie, arrosez avec un tuyau poreux ou un goutte-à- goutte.

Après la pluie…
Comble, il faudra vite arroser car nos plantes depuis le début du printemps n’ont pas trouvé nécessaire de  puiser l’humidité en profondeur. Leurs racines sont restées en surface et risquent de se retrouver sur le sec. Paillez le jardin dès que le temps passe durablement au sec pour  conserver l’humidité en surface. C’est le moment de faire ses réserves d’eau de pluie.

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com