Réhabiliter une ruine avec des plantes

   

Un vieux mur effondré, un tas de gravats, des pierres et des briques... sont des éléments de décor qui expriment la vie d'un jardin à l'ancienne.

Le déblaiement de pierres, de briques, de cailloux, de blocs de ciment s'avère parfois compliqué et coûteux. Alors qu'il suffit de les laisser sur place comme vestiges.
Voici un exemple d'une vieille étable tombée lors d'une tempête. Le mur a été arasé entre 50 et 80 cm de hauteur. Il est composé de briques et de pierres scellées au mortier de terre mélangée avec du sable à lapin. Il n'y a pas de ciment pour les maintenir.

 

 

 

 

Désherber le mur
Lorsqu'une ruine reste à l'abandon pendant plusieurs années, des plantes dites « rudérales » investissent les lieux et notamment les orties et les ronces. Le but est de retirer les racines sans desceller les pierres. Si les racines d'orties sont relativement faciles à extirper entre les pierres, il en est pas de même pour les ronces qui pénètrent en profondeur. Il est pratiquement impossible de les sortir sans effondrer le mur. Mieux vaut couper les sarments au sécateur. Épuisées, les ronces ne repoussent plus sans le moindre herbicide.

Attention aux arrosages
Une fois le muret débarrassé, implantez les plantes vivaces résistantes à la sécheresse. Surtout ne aventurez pas à y installer des plantes gourmandes en eau. Vous devrez les arroser fréquemment. Résultat : vous rincerez les joints et favoriserez l'invasion de plantes concurrentes. En moins deux ans, votre muret ressemblera à un tas de gravats recouvert d'orties, de liserons et de ronces.
Ce muret est végétalisé depuis 2 ans par des iris, des euphorbes et des sedums. Il est maintenant recouvert sans le moindre arrosage. Le désherbage manuel se limite à quelques petites plantes chétives qui ne trouvent pas suffisamment d'humidité pour concurrencer la plantation. Le travail est facile et à la bonne hauteur.

Marquer les traces des vestiges
Soulignez les contours des ruines en y associant des arbustes taillés ou formés comme par exemple des rosiers tiges ou des conifères modelés en boule, en spirale ou en cône. Des éléments structurés à proximité contrastent les illustres vestiges qui ne donnent pas l'impression d'être abandonnés.

Les plantes des murailles* intéressantes
Acanthes, achilées, agapanthes, agatasches, armerias, artemisia, valérianes, giroflées,crassulas, echinops, eryngiums, sempervivum, iris pumilas et germinacas, thyms serpolets, sedums...
* Liste non exhaustive

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com