Faut-il chauffer sa serre jusqu'aux saints de Glace ?

Suite aux confinements successifs, vous êtes de plus en plus nombreux à installer une petite serre avec l'intention du « faire soi-même ». Cependant, il ne suffit pas de semer pour récolter, il faut aussi parfois la chauffer.

Contrairement à une idée reçue, la culture sous serre ne s'improvise pas, il faut respecter quelques règles impératives pour ne pas être déçu et ne pas être piégé par les aléas météorologiques. A commencer par la remontée des températures à une époque où elles devraient plafonner légèrement au-dessus de zéros degrés.


Hiver doux, printemps froid

Malheureusement les dernières années prouvent que la météo est bouleversée. Les hivers sont très doux pour terminer par de la chaleur en février-mars avec un mois d' avril glacé. Résultat, les semis et plantations prématurées se retrouvent prises dans la glace. Les arbres fruitiers, les vignes subissent aussi ses aléas climatiques avec des arbres en pleine fleur 15 jours trop tôt et qui se font dévaster ensuite par de fortes gelées .


Chauffage naturel

Sous une serre, vos jeunes tomates, poivrons, aubergines, concombres, melons subissent les températures basses et risquent aussi de dépérir alors qu'ils paraissaient en pleine forme.. Fin janvier, j'avais expliqué qu'il était possible comme on le faisait autrefois de réchauffer une serre ou un châssis avec du fumier frais qui monte en température dans sa première période de décomposition puis refroidit au bout de 2 à 3 semaines. Idéalement, il faudrait changer l'ancien fumier par du plus récent pour conserver une température supérieure à 15°C. Une autre technique consiste à ensiler des tontes de gazon en remplacement du fumier qui chauffe fortement entassées et privées d'air.


Chauffage maison

Bien isolée, une serre peut bénéficier du même système que les chauffages utilisés à la maison, avec tout de même les contraintes de sécurités car un poêle à bois ou à granulés ne s'improvise pas dans un espace dont le volume est restreint. Donc gare aux imprudences ! Les spécialistes des serres proposent comme chauffage d’appoint des appareils électriques adaptés dans un milieu confiné et humide. Ce sont des chauffages à air pulsé qui ont l'inconvénient d'être énergivores. Donc à utiliser seulement pour une fonction hors-gel.


Résistances chauffantes

Elles sont vendues sous la forme de cordons hydrofuges, doublement isolées et résistantes aux acides de plusieurs mètres selon leurs puissances de 14,5 W (1m50), 25 W (4,5m) à 50 W (6m). D'autres modèles de résistances sont serties dans une nappe de 10W à + de 100W. Cordons ou nappes, les deux systèmes sont reliés par un thermostat qui déclenche le chauffage selon les besoins des plantes.


Réserver la chaleur

Sous une serre, par mesure d'économie, il est inutile voire nuisible d'apporter la même chaleur partout. Il est judicieux de couvrir les plantes la nuit avec un sorte de petit tunnel afin que la chaleur soit maintenue exclusivement dans la zone sensible au froid. Le reste de la serre n'est pas chauffée, elle est utilisée comme « serre froide »

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com