Les haies sont à l’honneur

Petites ou grandes haies, elles jouent un rôle précieux pour notre bien-être. Elles luttent contre la sécheresse,  limitent les effets des intempéries, fournissent un nombre incroyable d’animaux et insectes utiles aux cultures.

Une haie  de 10 mètres de haut,  protège jusqu’à 150 mètres autour. Très réputée dans le bocage où elle est capable de donner 30 % de fourrage en plus. Ses effets positifs sont identiques dans les jardins. En été, une haie empêche le desséchement des herbages et légumes. En hiver, elle capte la chaleur le jour et la restitue la nuit empêchant les gelées l'hiver.  Si la planète brule, il est de notre devoir d’agir au bout de notre petit lopin de terre. Plantons et respectons les haies.

Quelle haie ?
La meilleure des haies est celle qui pousse spontanément avec des essences locales. Seulement, il est parfois plus aisé et plus rapide de lui donner un coup de pousse en plantant une diversité de végétaux en privilégiant les arbustes à feuillage caduc. Actuellement les conifères sont la proie de parasites et maladies accentués par la chaleur.   Les arbustes à feuillage persistant ou semi persistant peuvent intégrer une haie bocagère (troènes, houx, lauriers, cotoneasters, buis…)

Un peu d’épines
Si les arbustes épineux font râler les élagueurs de haies, ils ont un sacré avantage pour protéger les oiseaux contre les prédateurs.  Les épines sont des défenses naturelles  aux nids d’oiseaux. Les aubépines, berbéris (épine vinette), pyracanthas (buisson ardent), mahonias aquifolium, hippophae rhamnoides (argousiers), pruneliers (épines noires)…  alimentent en baies  une multitude d’oiseaux à partir du mois de septembre jusqu’en mars. Sans baies, les oiseaux meurent.
 
Les vers de terre à la manœuvre
Le travail du sol peut se faire dès maintenant avec un apport de BRF (bois raméal Fragmenté) ou des copaux de bois. Toutes les litières peuvent aussi faire l’affaire à condition qu’il s’agisse des déchets verts qui humidifient le sol et attirent  les lombrics. Avec une bonne couche sur le futur emplacement, le temps travaillera pour vous et sans effort.  Au moment de la plantation, c’est-à-dire à partir de novembre jusqu'au mois de mars vous devrez ouvrir une petite tranchée de 40 cm large et autant de profondeur.

Les bons plants   
Procurez-vous des plants « racines nues » plus économiques. Une haie bocagère se réalise avec principalement des plants de type forestier âgés de 2 à 3 ans vendus en botte. Avant l'achat, faites un inventaire des végétaux rustiques qui poussent bien dans le secteur. Choisissez principalement des essences locales en fonction de son usage (aubépine, noisetier, charmille, érable champêtre, rosa rugosa, troène, cornouiller, genêt, houx, viorne...), la liste est très longue et non exhaustive.

Une plantation réussie   
Ne laissez pas les racines exposées à l'air sans protection. Si vous n'avez pas le temps de les planter, mettez-les en jauge dans un tas de sable ou sous une toile humide. Réalisez un pralinage des racines avec un mélange de 2/3 terre, 1/3 terreau (ou bouse) afin de favoriser la reprise. Espacez les petits arbustes entre 50 et 100 cm en ligne ou en quinconce et entre 5 et 10 m les arbres qui dépasseront les 2 mètre de hauteur. Plantez les essences de manière aléatoire, évitez le « un sur deux » afin de donner un aspect plus naturel. Tassez en laissant une cuvette au pied pour récupérer l'eau d'arrosage et de pluie. Paillez la haie avec des produits biodégradables (pas de plastique) à base d'amidon de maïs, feutre végétal de chanvre, plaquettes de bois ou du BRF (Bois Raméal, Fragmenté)

   

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com