De la hauteur avec des plantes grimpantes

Les plantes grimpantes s'utilisent partout pour habiller une pergola, un mur, un grillage, des claustras, un arbre mort...

L’ampélopsis, la vigne vierge
Elle s’accroche seule grâce aux petites ventouses Elle n’abîme pas les murs car elle absorbe l’humidité. Seulement, il faut l'empêcher de grimper sur la toiture car elle est capable de boucher les gouttières en automne.
Exposition : plein soleil ou mi-ombre
Sol : bien drainé et peu humide l’hiver, supporte le calcaire

Campsis, la Bignone aux fleurs trompettes
Très vigoureuse, elle possède des crampons comme un lierre pour s’accrocher mais demande parfois à être palissée les premières années de plantation. Ses grandes fleurs en forme de trompette rouge, orange ou jaune, la bignone s'épanouit une grande partie de l'été. Idéale pour couvrir un mur ou une solide grille.
Exposition : plein soleil sinon fleurit difficilement
Sol : pousse partout mais plus vigoureuse dans une terre riche en humus.

Clématite, la reine des lianes
Elle se plante « pied à l’ombre tête au soleil » dans une terre riche en humus. Il existe plus de 200 espèces aux fleurs et aux couleurs différentes. Les clématites à floraisons printanières fleurissent abondamment à partir de mai jusqu’en juin et refleurissent dans le courant de l’été avec des fleurs moins nombreuses mais plus grandes. Les clématites à floraison estivale fleurissent sur le bois de l’année de juin à septembre.
Les clématites se plaisent dans un sol riche en humus et frais.
Exposition : Soleil ou mi-ombre
Sol : évitez le calcaire, apportez de l’humus

Wistéria, la glycine aux grappes odorantes
C’est la reine des grimpantes avec ses longues fleurs grappes pendantes. Très volubile, la glycine s’enroule autour d’un support, prévoyez une belle armature pour la faire grimper
Exposition : plein soleil
Sol : évitez le calcaire et l’humidité mais surtout ne l’enrichissez pas trop car elle fera de la feuille au détriment des fleurs.

Hydrangea petiolaris, Hortensia grimpant pour l'ombre
Comme pour le lierre, l’hortensia émet des crampons pour grimper le long d’un mur exposé à l’ombre. Ses fleurs blanches s’épanouissent à partir du mois de juin jusqu’en août
Sol : il aime une terre riche en humus et supporte le calcaire, sans humidité l’hiver
Exposition : ombre ou mi-ombre

Hedera, un lierre au feuillage persistant
Si les espèces sauvages sont très envahissantes, il existe de très nombreuses variétés faciles à maîtriser. Laissez-vous tenter par les variétés à feuillage coloré comme ‘Glacier’, ‘Elegantissima, ‘Golheart’, ‘Colchica’, Dentata Variegata’… ou par les feuillages dentelés…
Sol : Il se plaît partout dans une erre soit légèrement calcaire et fraîche
Exposition : ombre ou mi-ombre

Lonicera, le chèvrefeuille aux fleurs parfumées
Il est appelé aussi « barbe de chèvre » ou « herbe à la vierge ». Facile, il pousse presque partout même dans les sols calcaires. Ses fleurs très parfumées embaument surtout à la tombée de la nuit. Il apprécie le soleil à condition qu’il ne soit pas planté près d’un mur blanc exposé en plein midi. ! Le chèvrefeuille se cultive en plante grimpante sur un grillage, une pergola dans une haie champêtre il s’entortille sur les grands arbres…Utilisez le chèvrefeuille comme cache-misère, un vilain poteau, une descente gouttière, un hangar agricole.
Sol : ordinaire
exposition : soleil ou mi-ombre

Jasmin d'hiver fleurit en hiver
Cet arbuste grimpant mérite une très belle place dans un jardin ou sur le balcon. Il se cultive aussi dans un bac en association avec une clématite. Bien exposé, au soleil ou mi-ombre, il fournit tous les ans de, jolies petites fleurs ressemblants à celles du forsythia. Il pousse partout sauf dans lune terre trop argileuse qui retient l’eau en hiver. Il supporte très bien le calcaire.

Polygonom aubertii pour les grandes surfaces
Une plante grimpante très vigoureuse avec une profusion de fleurs en panicule blanche en arrière saison (fin d'été). Peut devenir envahissante et atteindre plus de 15m². Pratique comme cache-misère
sol : ordinaire
exposition soleil ou mi-ombre

 

 

 

 

--------------------------------------------------------
Livres

 

SOS JARDIN POTAGER


Ce guide pratique présente 20 grands groupes de fruits et légumes ainsi que leurs 160 ravageurs. A grand renfort de photographies, sont décrits les maladies et nuisibles les plus importants, parmi les plus fréquents et s’attaquant à différentes espèces.
Les fruits et légumes sont répertoriés par ordre alphabétique suivant leur nom d’usage courant, dans un index en fin d'ouvrage. Chaque ravageur est également identifié par son nom scientifique, une indication très utile pour pouvoir approfondir les recherches sur Internet.
De Thomas Lohrer – Editions Delachaux et niestlé


   
JE DESHERBE SANS PRODUITS CHIMIQUES

Allées, pelouses, potager, massifs fleuris…
Dans le cadre des lois Labbé et de reconquête de l’eau, il s’impose comme LE livre sur les alternativesVaux produits phyto pour accompagner les politiques publiques et les jardiniers amateurs.
Les désherbants chimiques (dont le tristement célèbre Roundup) polluent les nappes phréatiques, nuisent à la santé et menacent la biodiversité. Mais comment ne pas se laisser envahir par les herbes indésirables tout en jardinant de façon écologique ?
 
 
De Denis Pépin – Editions Terre Vivante

   
J'ASSOCIE MES CULTURES ET ÇÀ MARCHE !

25 mariages de légumes à cultiver
Après le succès du livre Le poireau préfère les fraises (plus de 100 000 exemplaires vendus à ce jour), Claude Aubert propose dans ce guide pratique « Facile et bio » une sélection de 25 mariages à deux ou trois légumes,  testés et validés dans nos jardins ou dans des essais menés un peu partout dans le monde. Il donne également des informations précises sur 32 légumes : famille, période de plantation, association, etc.
Car associer ses cultures présente de multiples avantages : ressources du sol mieux utilisées, lutte contre les ravageurs et maladies… et récolte fructueuse.
 
De Claude Aubert – Editions Terre Vivante

--------------------------------------------------------

Questions

Asperges tordues
L'année dernière mes asperges poussaient tordues et étaient couvertes de petites bestioles de couleur rouge et noire. De quoi s'agissait-il ? Et que faire cette année ?

Elles sont attaquées par les criocères, de petits coléoptères qui dévorent les turions, tiges et feuilles. Intervenez dès le printemps au moment où les turions d'asperges commencent à sortir de terre. Capturez les adultes dans le silence car au moindre bruit, ils se laissent tomber sur le sol faisant le mort. Une astuce consiste à placer un carton découpé autour des tiges (lorsque les asperges sont développées en été). Le lendemain, en étant un peu plus bruyant, ramassez les criocères tombées sur le carton. Luttez préventivement contre les criocères en les protégeant avec un filet anti-insecte en prenant soin de ne pas les enfermer à l'intérieur. En cas de forte invasion, vaporisez une solution de savon noir. Une macération de tanaisie ou d'absinthe en pulvérisation les éloigne ainsi que le marc de café ou du BRF (bois raméal fragmenté) à base de conifères.

La mort du lilas
J’ai un lilas dont les branches meurent. De quoi s‘agit-il ?

Il s'agit d'une maladie grave (Pseudomonas syringae) dont les symptômes sont des déformations de feuilles et présence sur la face supérieure de taches brunes. Sur les rameaux se développent de petits chancres. Après la floraison, rabattez sévèrement jusqu'au bois sain et traitez à la bouillie bordelaise. Si le lilas est trop atteint, mieux vaut se résoudre à l’abattre. Surtout, nettoyez les outils pour ne pas contaminer d'autres lilas dans le secteur. Si vous envisagez de renouveler vos lilas ne les replantez pas au même endroit. Préférez une exposition ensoleillée. Évitez de l'arroser par aspersion. Sachez aussi que les campagnols (rats-taupiers) sont très friands des racines du lilas, capables d'anéantir un jeune ou vieil arbre en quelques mois.

--------------------------------------------------------

Bouturer un pied de tomate à la chaleur

1) Cassez la tête d'un beau pied de tomate
2) Plantez la bouture dans un pot avec un mélange de terreau bouture et semis
3) Arrosez copieusement la première fois, le terreau doit être trempé
4) Couvez la bouture avec une bouteille en plastique jusqu'à l'enracinement,

 

 
 

 

--------------------------------------------------------

Questions

RHODODENDRON MALADE
J'ai des rhododendrons dans un grand bac avec de la terre de bruyère cependant ils flétrissent et meurent. Je ne sais plus quoi faire ? Quelles solutions pour sauver les rhododendrons?

Inutile de vous acharner pour les sauver sauf s'il reste un semblant de bouton ou de futures fleurs. Le temps de profiter d'une très aléatoire floraison. Le mieux est de les sortir des bacs pour les planter en pleine terre à l'ombre dans une terre acide (terre de bruyère). Mais attention, s'ils sont atteints par le phytophthora (champignon), il est préférable de ne pas les mettre en contact avec d'autres rhododendrons. Si vous envisagez une nouvelle plantation de rhododendrons en bac, sachez qu'ils ne supportent pas l'exposition plein soleil. Ils réclament des arrosages jusqu'en août dans un substrat bien drainé. Les racines ne doivent pas baigner dans l'eau. Actuellement, les jardineries regorgent de rhododendrons en boutons « prêt à fleurir »

NEEM
J'ai pu voir sur internet que les tourteaux de neem étaient interdit en France. Pourquoi ? Est il vraiment impossible de s'en procurer ? Moi je n'en trouve plus dans la Marne.

En France, la mise sur le marché de produits à base d’huile de neem n’est actuellement pas autorisée, quel que soit l’usage qui pourrait en être fait et constitue donc une infraction passible de suites judiciaires.
Les tourteaux de neem ne sont ni homologués ni autorisés dans aucune des normes NFU 42-001/A10, NFU 42-001, NFU 44-051 ou NFU 44-551. L’innocuité de ces produits n’étant pas démontrée à ce jour tout produit contenant du tourteau de neem est en infraction depuis le 31/12/2011.
Extrait de messages réglementaires de la Direction Générale de l’Alimentation Sous Direction de la Qualité et de la Protection des Végétaux

ESPALIER
Je rencontre un problème sur des espaliers (pommiers) ceux ci sont recouvert d'une matière qui ressemble à de la cendre de bois mais cette année le problème touche également les espaliers voisin que puis je faire pour arrêter cette maladie ?

La comparaison avec de la cendre de bois me laisserait penser à de l’oïdium (blanc). Il s'agit d'un champignon fréquent chez les pommiers. Il peut aussi s'attaquer aux poiriers. En hiver les spores hivernent dans les écailles des bourgeons puis se propagent ensuite sur les feuilles et jeunes pousses. En effet, en hiver les rameaux peuvent donner un aspect grisâtre comme de la cendre de bois. La maladie se développe lorsque les températures sont comprises entre 10 et 20 °C avec une forte humidité (pas forcement à cause de la pluie). Pour lutter contre l’oïdium, il faut employer des « anti-oïdium » à base de souffre ou en prévention avec une décoction de prêles ou 1 litre de lait écrémé dilué dans 10 litres d'eau. Le lait sous l'influence de la lumière empêcherait le développement des spores. Cette technique s’avérait aussi valable pour la plupart des plantes atteintes par le blanc comme les berberis.

CERISE VEREUSE
Comment lutter contre les vers dans les cerises ? Quel traitement sans nuire qui peux m’aider

En posant des pièges à phéromones « mouche ver cerise ». Il s'agit de capsules pour attirer la mouche mâle (rhagoleti Cerasi) à l'intérieur du piège l'empêchant de s'accoupler avec une femelle. Il s'agit d'une lutte biologique sans effet pour les autres insectes utiles au jardin. Sachez que les moineaux, étourneaux consomment bien évidemment des cerises mais ils permettent aussi de limiter la progression des mouches en ingurgitant les larves tombées au sol. Les hirondelles aussi contribuent à régulation des mouches qui attrapent les mouches des cerises en les attrapant au vol. Seulement avec sa nette régression, le manque d'hirondelles contribue à la prolifération des cerises véreuses

 

--------------------------------------------------------
Livres

 

 Le jardin spontané : reconnaître et accueillir les plantes vagabondes et les semis naturels


Adepte du jardinage naturel, la journaliste présente les bienfaits botanique, esthétique et économique du jardin spontané, qui privilégie la récupération des semis naturels des plantes, sauvages ou cultivées, et contribue à la diversité et la préservation des espèces, tant végétales qu'animales.
 
De Noémie Vialard – Edition Delachaux et Niestlé

   
 Permaculture : Le guide pour bien débuter , Jardiner en imitant la nature

Une nouvelle pratique potagère écologique et productive mise à la portée de tous les jardiniers ! La permaculture, retenez ce mot, vous n'avez pas fini d'en entendre parler !
 
De Annie Lagueyrie-Kraps - Rustica Editions

   
Laissez faire ! , L'art de jardiner avec les plantes qui se ressèment toutes seules

Faites confiance aux plantes pour trouver l'emplacement qui leur convient le mieux ! Avant, la conception ordinaire des jardins consistait à acheter des plantes et à les planter à un emplacement déterminé selon un schéma définitif. Aujourd'hui, cette nouvelle conception du "laisser-faire", basée sur l'utilisation des plantes qui se ressèment toutes seules, laisse une place beaucoup plus importante aux évolutions.
 
De Jonas Reif – Christian Kress et Jurg Becker – Edition Ulmer

 

 

--------------------------------------------------------
Nouveauté

Engrais universel à base de laine de mouton

Afin de favoriser la croissance des cultures pendant toute la saison, Algoflash Naturasol lance un nouvel engrais universel longue durée, à base de laine de mouton. 
Labélisé Produit Naturel® et utilisable en Agriculture Biologique, l’engrais est garanti 100 % organique et apporte les éléments essentiels au bon développement des plantes.
La laine de mouton est compressée avec d'autres éléments organiques (mélasse, vinasse) en granulés d'engrais.
Les granulés absorbent plusieurs fois leur poids en eau. Ils permettent ainsi un meilleur apport en eau pendant les périodes sèches.
Algoflash Naturasol



   
Tuyaux anti-noeuds

Sollicités quotidiennement à l’arrivée des beaux jours, les tuyaux d’arrosage sont soumis à rude épreuve : exposition aux rayons UV, pression, frottement sur le sol, vrilles et nœuds répétés... Face à toutes ces contraintes, certains ne résistent pas longtemps, ils se percent et fuient. 
Hozelock lance une nouvelle gamme de tuyaux d’arrosage bénéficiant de la technologie de tricotage TNT™ (Tricoflex Non Torsion). Propriétés anti-vrilles et anti-nœuds exceptionnelles, tout en restant légers et souples. Fabriqués en France, ils sont conçus pour répondre aux exigences des jardiniers en termes de performances, de qualité et de durabilité.
Hozelock Tricoflex

--------------------------------------------------------

Fabriquer un réchaud naturel sous un tunnel pour planter des laitues

1) Enfouir une couche de fumier sur 20 cm de hauteur que vous tassez fortement
2) Répandre une poignée par m² d'un activateur de compost
3) Recouvrir le fumier avec de la bonne terre sur 20 cm de hauteur
4) Tremper les mottes de salades avant de les planter
5) Poser les mottes de moitie sur la terre distance 25 cm minimum en quinconce. , Arrosez copieusement


 
 

--------------------------------------------------------

Entretenir et bien arroser une azalée à la maison

1) La base doit-être foncée sur 1 à 2 cm de hauteur. Le tronc complètement clair, l'azalée manque d'eau
2) Arrosez l'azalée dans une soucoupe avec de l'eau douce, L'eau ne doit pas y séjourner plusieurs heures
3) Lorsque la plante est sèche, plongez le pot complètement tant qu'il y a des bulles
4) Retirez les fleurs fanées au fur et mesure et secouez délicatement la plante une fois par semaine pour retirer les petites feuilles jaunes
 

 
 

 

--------------------------------------------------------
Nouveauté

 

La jeune société Laorus (créée dans les Ardennes en 2011), qui s'est déjà forgée une bonne renommée pour sa fontaine et son cadran solaire très design, présente cet automne une nouvelle génération de nichoirs à l'esthétique très épurée (design Patrick Nadeau). Conçus en partenariat avec la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) qui a testé et validé chaque modèle, ils allient esthétique et fonctionnalité, tout en se parant de couleurs originales. Les formes s'adaptent à chaque espèce grâce à un kit astucieux qui permet d'ajuster l'entrée à plusieurs diamètres. La période idéale pour les installer s'étend de novembre à mars afin que les oiseaux aient le temps de s'approprier leur nouvelle maison et d'y préparer l'arrivée des petits au printemps. Fabriqués en bois et métal à finition Époxy, ces deux modèles de nichoirs existent en trois tailles chacun

 

 

 

 

 

Copyright 2011 imageVerte - hubertlejardinier.com - contact