L’ami pissenlit

Envahisseurs ou alliés, ils envahissent les chemins et bords de routes,  les prés, terrains vagues, potagers, pelouses, vergers, massifs de fleurs, allées… En avril, Dame nature attrape la jaunisse du pissenlit. S’agit-il d’un fléau ou un bienfait ?

 

Depuis l’antiquité, le pissenlit est apprécié pour comme une des meilleures plantes médicinales. Ses vertus diurétiques d’où il tire son nom commun « pisse-en-lit », le Taraxacum officinalis porte de nombreux noms vernaculaires révélant son intérêt : dent-de-lion (pour la forme de ses feuilles), baraban (dans le Lyonnais), bédane, chiroux, laitue de chien, salade de taupe, couronne de moine, florin d’or, Pichalit mais aussi des noms plus régionaux sont utilisés comme  cramia, cramaillot pour la cramaillote etc. Adversaire ou allié, le pissenlit mérite plus de considération.

Les fleurs s’ouvrent et se referment 
Les fleurs jaunes s’ou vrent le matin et se referment l’après midi sauf en période pluvieuse où elles continuent à jaunir les espaces-verts. Sans doute pour ravitailler les insectes butineurs en quête de fleurs mellifères. Les capitules boules de fruits plumeuxcontenant les graines (akènes) se déploient l’après-midi  profitant d’un coup de vent pour se détacher et prendre leur envole sur de longues distances afin de coloniser les terrains vagues. Le pissenlit est  l’indésirable des cultures, des pelouses et du potager. N’étant pas invité à se répandre, il est combattu depuis la nuit des temps avec des herbicides totaux ou sélectifs. De nombreuses publicités louant l’intérêt d’un désherbant ont utilisé le symbole du pissenlit envahisseur. Le pissenlit est devenu l’ennemi des jardiniers à grands renforts de publicités. Ouh là là, les pissenlits envahissent ! Que faire ? 

Blanchir les pissenlits
Dans un terrain occupé par des pissenlits « sauvages » non cultivés, coiffez les plus beaux exemplaires sous ou sous des pots en terre cuite ou en plastique. Privés de lumière, les feuilles blanchissent en perdant l’amertume. Elles se consomment en salade comme des endives.

Chasser les pissenlits pour la cuisine
Sur une pelouse, armez-vous d’une longue lame d’un couteau ou d’une gouge à asperge pour extraire les pissenlits. Les feuilles vertes du pissenlit sont délicieuses en cuisine, cuites avec des lardons et des vieilles pommes de terre frottées à l’ail. Les fleurs sont  bienfaisantes pour réaliser avec des oranges, des citrons et du sucre une somptueuse gelée de pissenlits.

Forcer les racines de pissenlits
En automne, arrachez les racines avec une bêche.  Coupez les feuilles à 1à 2 cm au-dessus du collet et régularisez les racines en les rognant légèrement. Placez les racines les unes contre les autres dans l’obscurité totale  (cave, sous-sol, couche chaude, bassine...). Le principe est identique au forçage des racines de chicorées (endives).
Autre méthode, arrachez les racines au printemps  (même technique que précédemment). Puis jaugez les racines au fond d’une tranchée. Recouvertes de terre légère ou de paille, les feuilles sortent blanchies à la surface du sol. Dégagez la terre pour les couper au niveau du collet.

Pissenlits toxiques 
Ne ramassez jamais  les pissenlits situés au bord d’une route, d’un champs ou autres lieux. Ils sont impropres à la consommation car victimes des  pollutions  aux métaux lourds, oxydes de carbone, désherbants etc.. Dans un terrain, une prairie (pâture), demandez l'autorisation au propriétaire et assurez-vous qu’aucun traitement n'a été réalisé sur ou à proximité des pissenlits.

Les pissenlits se cultivent
Les pissenlits se sèment directement en pleine terre de mars à juin.  Bien qu’il pousse  à l’état sauvage, réservez-lui une bonne terre dans son jardin. Les variétés améliorées du type à « cœur plein amélioré », se sèment de mars à juillet espacées de 25cm entre les rangs puis éclaircies dans le but de favoriser la grosseur des racines. Il est possible aussi de repiquer un à un les jeunes pissenlits comme les chicorées.
La culture des pissenlits améliorés est très similaire à celle des chicorées witloof.
 Propriétés : antiscorbutique, apéritif, cholérétique, dépuratif, diurétique, laxatif, stomachique, tonique.

Gelée de fleurs de pissenlits

Ingrédients : 400 fleurs épanouies (non traitées), 2 oranges, 2 citrons,
- 2 oranges et 2 citrons
- 1,5 litres d'eau
- 1 kg de sucre

Effeuiller-les en ne conservant que la partie jaune et les mettre dans une casserole avec 2 oranges, 2 citrons coupés en tranches et 1,5 l d'eau. Faire  cuire pendant 20 mn à petite ébullition.
Filtrer et presser pour recueillir le jus puis  ajouter 1 kg de sucre. Cuire à nouveau à petite ébullition comme une confiture.
La gelée de fleurs de pissenlits est considérée comme bienfaisante pour la gorge et les bronches.
 En Franche-Comté, on retrouve aussi cette recette appelée  "Cramaillote"

Une salade au lard

« La meilleure salade au lard au monde est celle de votre mère qui la détient de sa grand-mère » !
Faire cuire en robe de champs des pommes de terre, dans une cocotte en fonte. Eplucher-les une fois cuite. Jeter dans le fond de la cocotte vos pissenlits finement découpés puis faire cuire durant cinq minutes à feu très doux.  Faire revenir du lard  pendant ce temps dans une poêle.  Flanquer vos pommes de terre coupées rondelles  sur vos pissenlits confis. Ajouter ail, échalote oignon (selon vos goûts) Les crêtons grillées suivent les pommes de terre dans la cocotte.  Dans la poêle encore chaude, ajouter un filet de vinaigre. Remuer doucement pendant encore 5 minutes. Servir  chaud.
La salade aux lards est encore meilleure réchauffée.

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com