Le sureau noir à grappe, l’arbre génial

Le sureau noir (Sambucus nigra) croit en lisière de bois, dans les décombres, les friches, dans les haies champêtres. Autrefois, il était planté autour des villages pour attirer les bons génies

 

En juin, le parfum très agréable du sureau en fleur envoûte les villes et villages qui acceptent sa présence parmi les autres arbres et arbustes. Cette année particulièrement sa floraison est exceptionnelle sans doute pour compenser le manque de fruits causé par le gel en avril. Il est là sous une masse de fleurs blanches en forme d’ombelle. Là et bien là pour nous offrir cet automne ses merveilleuses grappes de baies noires excellentes en gelée.  Tout est bon dans le sureau : ses fleurs, ses baies, ses feuilles, ses tiges, ses jeunes pousses…

Ses fleurs captivantes
On pourrait le penser avec la présence des abeilles qui butinent inlassablement ses petites blanches. Malheureusement, le nectar est quasi absent. Néanmoins, il permet aux abeilles de faire le relais au trou miellé entre le printemps et l’été. Autres insectes captivés par le sureau sont les syrphes à la fois intéressés par les fleurs mais surtout pour se restaurer.

Le bois moelleux
Son odeur  n’est pas comparable au parfum des fleurs. Le bois cassé  est plutôt désagréable. Cependant, ses tiges creuses contenant de la moelle tendre qui une fois retirée peut servir d’objets creux et particulièrement pour réaliser des flûtes comme celles qui étaient utilisées par les bergers. Son bois creux coupé en tronçons juxtaposé dans un hôtel à insectes attirent une abeille sauvage solitaires (osmies) indispensable pour féconder les arbres fruitiers au printemps avant même l’abeille domestique.
 
Baies en gelée
Prélevez des baies de sureau de préférence à l’orée d’un bois éloigné des cultures ou mieux encore dans votre jardin cultivé sainement. Après avoir lavées et  égrenées les baies (3 graines par baie) de sureau arborescent (à ne pas confondre avec le sureau hièble). Ecrasez-les pour recueillir le jus. Ajoutez 750g de sucre pour 1 kg de jus. Versez un jus de citron puis portez à ébullition pendant 5 minutes. Mettez en pots lorsque le jus commence à prendre comme n’importe quelle gelée.

Arbre à coccinelles
Ses jeunes pousses au printemps sont très souvent couvertes par des colonies de pucerons au moment du début du réveil de la nature où de nombreux arbustes sommeillent encore. C’est l’époque aussi où les coccinelles sortent de leur diapause (hibernation). Affamées, elles partent vite à la recherche de nourriture pour reprendre des forces et plus particulièrement des pucerons. Pas de pucerons, pas de coccinelles aphidiphages !!!   La multitude des pucerons sur les jeunes pousses des sureaux oblige les coccinelles à se reproduire. La femelle choisit pour pondre une feuille sous une colonie de pucerons. Les œufs jaunes et très petits sont au nombre de 25 à 400 selon les espèces et la quantité  de pucerons. Moins d’une semaine plus tard, les œufs éclosent et donnent naissance à des larves très voraces capables de dévorer chacune pendant 3 semaines des milliers de pucerons.  Puis se modifient en nymphe pendant une semaine et se transforment en coccinelles adultes ailées pour se poser sur les rosiers là où il y a des pucerons et ainsi de suite.


Ne confondez pas le sureau hièble ou Yèble (sambucus ebulus), le cousin du sureau commun
(sambuscus nigra). Plante herbacée de 1 à 2 m de haut, elle disparaît après les gelées.  On le  rencontre surtout en bordure de chemin ou à l’orée d’un bois dans un sol de préférence calcaire.  Bien que ses fleurs blanches légèrement pourprées en formes de corymbes plates soient parfumées et mellifères, l’ensemble de la plante contient des substances toxiques  (glycosides cyanogènes, alcaloïdes). Ses fruits sont dangereux pour l’homme (à na pas consommer). Le sureau Yèble fleurit un mois plus tard que le sureau commun (on n’en voit pas actuellement). Ses fruits  sont tournés vers le ciel alors que le sureau commun tourne ses baies vers le bas.

   

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com